Day 6 : Le végétarisme à Waterford n’est pas mort !

Dernier réveil à Portree Hostel, c’est vraiment un pincement au coeur de quitter cet endroit mais d’autres endroits m’attendent… Le temps de préparer mes affaires et de dire un dernier au revoir à quelques personnes me voilà déjà en route pour mon rendez-vous avec Lucian.

Lucian est un membre du groupe végétariens et vegans de Waterford. Ce dernier âgé de 27 était végétarien depuis presque 5 ans, un peu plus d’un an après, il est devenu vegan.

Nous avons pu parler de nombreux sujets, en passant du végétarisme jusqu’à la politique! J’ai compris et appris de nombreuses choses sur la ville mais aussi sur l’activité végétarienne à Waterford en Irlande..

Dans un premier temps nous nous sommes rendu dans un tout petit restaurant végétarien et vegan : AVO CHEMIST

J’ai pris une salade d’avocat, quinoa.. une salade classique qu’on retrouve souvent en France d’ailleurs..

dav

J’ai l’impression que tout le monde se connaît dans cette ville. La responsable du restaurant avait vu mon message sur le groupe fb de Waterford. Mais les membres ne prennent pas le temps de se rencontrer comme me disait Lucian. Il y a très peu de tentatives.

La responsable du restaurant où nous avons mangé est d’ailleurs végétarienne/vegan par choix pour sa santé, c’est avec son changement alimentaire qu’elle a décidé d’ouvrir son restaurant sous le signe d’une alimentation saine. C’est en tout cas très réussi!

J’ai totalement oublié de demander les coordonnées de cette dernière pour lui demander son avis sur le développement du végétarisme en Irlande et comment elle voyait l’avenir de sa boutique. (J’essaierai de reprendre contact grâce à Lucian… )

Si je devais retentir l’essentiel de la discussion avec Lucian, c’est qu’il y a beaucoup trop de groupes exclusifs et très stricts sur la question du veganisme. Ce qui bien souvent freine les omnivores qui confondent régulièrement les végétariens et les vegans. Mais freine aussi les végétariens qui veulent s’informer car ils se sentent agressés par les extrêmes. Pourtant 10 % de personnes qui deviennent végétariennes dans le monde ça serait déjà un exploit ! Je pense qu’il faut apprécier les efforts de chacun et cela petit à petit. Lui-même étant vegan, il ne souhaite pas imposer son régime alimentaire à son enfant de 4 ans, ce dernier fera ses choix seul quand il sera capable de s’exprimer avec plus de consciences.

Après cette discussion des plus intéressantes sur le végétarisme et aussi beaucoup sur le véganisme, Lucian me propose de me faire une dernière balade dans la ville pour découvrir et redécouvrir ses quelques secrets avant mon départ pour Cork.

Nouvelle destination : Cork !

Cork est peut-être la ville la plus végétarienne d’Irlande avec son festival annuel du végétarisme chaque année.

Je rejoins mon couchsurfing pour deux jours. Il me donne rendez-vous vous dans un bar, Le friary. Après une heure d’attente, il me rejoint et m’explique que ce soir, c’est l’ouverture du festival du vélo. Me voilà dès à présent dans ce bar, apéro dînatoire végétarien et vegan, du vin… Pourquoi pas!

sdr

Durant la soirée, j’ai pu discuter avec de nombreuses personnes. Mais la discussion qui m’a le plus marqué c’était celle avec James. Ce dernier, omnivore venant du Royaume-Uni, avait vraiment un avis diffèrent sur la chose. Pour lui, si manger de la viande et du poisson provoque des dégâts environnementaux, des dégâts sur la santé des gens c’est au gouvernement de faire quelque chose et non pas les consommateurs. Ce n’est pas les consommateurs qui sont coupables mais les entreprises qui brassent de l’argent et le gouvernement.

Quand je lui de demande si le gouvernement dirige sa vie, il me répond non, mais un peu. C’est vrai, les taxes, les augmentations des prix ect.. Nous pousses à changer notre consommation. (Je retiendrais l’augmentation du tabac pour l’Irlande, qui je pense permet moins en moins de fumeurs.)

Mais c’est à chacun de réaliser et faire un effort de son côté. James, ne pense pas ça. Le végétarisme ne pourra évoluer juste avec le geste de juste quelques pourcentages de la population. Personnellement, je penses que nous pouvons changer les choses, les accélérer, mais il faut du temps. Ce n’est pas simple pour tout le monde, chacun son rythme.

Mais pour en revenir au gouvernement, si les personnes ne se rendent pas comptent de l’impact de leurs consommations et s’ils ne réagissent pas seul, faudrait-il mettre des images chocs et des emballages neutres sur les barquettes de viandes, sur tous les produits carnivores ?

 

 

 

 

 

Un commentaire, ça fait toujours plaisir!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s